Les Soeurs Carmine est un des 7 finalistes du #PLIB2018.

#ISBN:9782354085451

9af7bf6b-c0e1-4231-8b6a-21df8046fa1a

Merryvère Carmine est une monte-en-l’air, un oiseau de nuit qui court les toits et cambriole les manoirs pour gagner sa vie et celles de ses sœurs, Dolorine et Tristabelle. Orphelines sans le sou, les trois jeunes filles tentent de survivre à Grisaille, une sinistre cité gothique où les mœurs sont plus que douteuses. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, et huit familles aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône. Après un vol désastreux, Merry se retrouve mêlée à l’un de leurs complots. Désormais traquées par des nécromants, des vampires, des savants fous et autres assassins masqués, le Carmines vont devoir redoubler d’efforts pour s’en tirer vivantes…

WhatsApp Image 2018-09-18 at 23.22.12

Dès le résumé de la quatrième de couv, le ton est donné par Ariel Holzl. L’utilisation de l’argot dans un texte à la plume parfaitement sage bien que parsemée par des termes et mots plus saillants, correspond à merveille à l’univers de son œuvre.

WhatsApp Image 2017-12-04 at 16.31.27
SLPJ 2017

Nous suivons les Sœurs Carmines et dans ce premier tome, Merry est mise à l’honneur. L’ingéniosité d’Ariel a été de poser le décor de sa ville d’entrée de jeu par de la poésie sarcastique. Entre la finesse du langage employé et la goguenardise entremêlée, les adeptes de l’humour grinçant des Sœurs Carmines se transforment en petit lait. Plonger dans un mode à la Tim Burton, nous apprécions la Grisaille à n’importe quel moment de notre lecture, et ce, jusqu’à la fin du livre.

Rien n’est laissé au hasard, la cause de l’intrigue principale se dévoile au fur et à mesure, l’histoire nous attache donc à découvrir l’origine d’un objet volé par Merry et ce que cela entraîne dans son sillage.

WhatsApp Image 2018-09-18 at 23.22.12(1)
Le papier du livre est magnifique. Des dessins agrémentes l’œuvre.

Je ne peux qu’approuver les personnages profondément travaillés, les diverses familles plus attirantes les unes que les autres et l’envergure de Mr Nyx. Son registre si délirant en impose admirablement face aux répliques innocentes de Dolorine et vice versa, le duo gagnant.

WhatsApp Image 2018-09-18 at 23.22.10(1)

J’ai particulièrement affectionné la séparation des vies des filles. Leur foyer est criant de réalisme. Les trois sœurs peuvent s’aimer, se tirer dans les pattes et souvent ne pas connaitre l’existence de l’une ou de l’autre bien qu’elles vivent sous le même toit. Le manque de communication ne parait pas à travers des disputes, mais bien par les aléas de la vie. Ce qui justifie le silence augmentant ainsi les a priori et l’incompréhension.

WhatsApp Image 2018-09-18 at 23.22.11

L’aventure entrainante ne s’arrête jamais. Nous suivons le chemin de Merry certes, mais aussi par pincettes judicieuses la vie de Dolorine à travers son journal intime et de Tristabelle. Un tourbillon de moments cocasses tout du long de l’histoire. Je ne peux rien reprocher à l’art dont Ariel Holzl use pour dépeindre ses scènes. D’ailleurs, une d’entre elles ne s’apparente pas à de la littérature pour jeunes adultes. Dans celle-ci, la vision et l’action sont intenses et les morts s’enchainent avec un talent particulier à la façon Grisaille. On s’embarque stupéfié dans les pages de ce livre. Chapeau, Mr Holzl pour cet instant si délicieusement sanglant.

« Les Soeurs Carmines » est souvent décrit comme très drôle, je ne l’ai pas trouvé tant que ça. Certes les phrases et jeux de mots entre MrNyx et Dolorine offrent à nos lèvres un sourire étiré qu’on ne sait stopper. Mais point de grand éclat de rire. Par contre, les tournures, les ambiguïtés linguistiques ou bien les railleries ambiantes, notamment en présence de Tristabelle, envahissent de joie le lecteur et là je suis parfaitement d’accord pour dire que le roman regorge d’humour. Attention toutefois, le personnage de la grande soeur peut agacer au plus haut point, pas de panique, ses répliques incarnent à merveille son rôle.

WhatsApp Image 2018-09-18 at 23.22.10

Nous ouvrons et refermons le livre sans avoir vu le temps s’écouler. L’idée de passer le tome deux avec Tristabelle peut effectivement faire peur. Pourtant, croyez-moi vous souhaiterez la suite et découvrir ses atouts incisifs pouponné que son franc parlé mondain et assassin.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré le monde des Carmines à Grisaille.

La plume, l’ironie, le sarcasme, l’intrigue, la fluidité du texte, l’univers, les personnages principaux et secondaires, les créatures, le contexte, l’originalité… rien à couper au couteau.

IMG_9558
Livre Paris 2018

Un seul conseil… flânez entre les lignes des Sœurs Carmines pour pimenter votre vie. L’imaginaire de l’auteur est total et rare. Foncez et mourez en lecture.

Un très grand merci à Ariel Holzl pour son œuvre littéraire inoubliable.

Merci à vous Ariel Holzl !WhatsApp Image 2018-09-18 at 23.22.11(1)

Publicités