C’est l’histoire d’Ayrton qui vit une double vie. Celle à son école et celle à la maison. La vie avec son père au chômage devient de plus en plus difficile. Sa mère s’enfonce dans le déni d’un problème profond et son père progresse dans son monde millimétré. Dans tout ça, Ayrton tente de se créer une échappatoire à sa prison psychologique et familiale.

Je n’en dirais pas sur le contenu, à vous de lire.

Mon ressenti sur cette œuvre.

Nadia a su en quelques pages à transmettre une histoire complexe psychologiquement à des enfants. N’oublions pas que les enfants de 10 ans sont la cible. Et il est un chef d’œuvre parce qu’il traite de la violence tout en douceur pour l’enfant lecteur. Les traces et blessures non visibles sur le propre moi de l’enfant. Les conséquences de la difficulté à retransmettre la sensation de malaise, d’angoisse, le contrôle de ses actes et l’empreinte que l’adulte appose sur le mental de son enfant. Les jeunes découvrent ainsi une histoire avec les des mots à leurs hauteurs, mais sans cacher la vérité.

Exercice complexe et si important
pour prévenir la violence conjugale.

La tension monte dans un huis clos à la maison jusqu’au point où le héros s’interroge de plus en plus sur la possibilité de son père à passer de l’autre côté de la raison.Devenir si violent qu’un retour en arrière s’avère impossible. Ces questionnements deviennent oppressants, inquiétants et ces mots sont d’un extrême réalisme. L’inquiétude, la sensation de toujours mal faire, la peur de ne pas agir comme il faut, les gestes et enfin le tensiomètre de la colère de son père. Tout est criant de vérité.

La représentation de la mère n’est d’ailleurs pas en reste. Les jeunes liront le cheminement de la femme qui se fait violenter. La psychologie du personnage de Séverine la Maman donne un résultat effroyablement vrai. La montée en puissance de toute cette frayeur, et l’espoir de meilleurs jours heureux. Aucun hasard ou mot mal placés. Tout est formidablement orchestré par Nadia Coste.

Nadia-Coste-NB-3-1

De plus si les enfants de familles violentes lisent ce livre, ils pourront réaliser/comprendre certaines choses et oser agir par eux-mêmes auprès d’adultes avec qui ils ont confiances, je l’espère.

Je ne peux qu’applaudir ce livre frappant et percutant. Il doit être lu par les enfants, par les adultes. Il aide à ouvrir des portes pour dire non à la violence et surtout la comprendre pour tous ceux qui ne l’ont jamais vécu. Surtout lorsqu’on est petit. Si on ne le vit pas soit même comment s’imaginer que d’autres peuvent le vivre n’étant pas leur norme, ils ne réalisent pas que le monde enferme en son sein des actes horribles et difficiles. Un livre altruiste pour un sujet de violence faite aux femmes et qui touche bien souvent aussi les enfants.

Coup de cœur pour ma part.

Ma fille l’entame pour réaliser en douceur à travers ces pages qu’ailleurs tout n’est pas aussi rose qu’à la maison.

Merci beaucoup à Nadia Coste pour ce livre formidable à mettre dans toutes les mains.

Un IGTV est disponible où j’en parle après quelques jours de lecture.

Publicités